Magali Montoya

Dans une série de conférences données en 1928 dans deux collèges de femmes à Cambridge, Virginia Woolf interrogeait les conditions matérielles et de vie limitant l’accès des femmes à l’écriture et plus généralement la place des écrivaines dans l’histoire littéraire. Recueillis dans l’essai "Une chambre à soi" publié en 1929, les textes de l’écrivaine britannique tiennent une place importante dans l’histoire du féminisme. Magali Montoya s’empare de la ligne de force du texte qui réside dans son interrogation quant à l’essentiel vital. Elle voit dans cette problématique une dimension universelle qu’il convient de réinterroger à chaque époque : qu’est-ce qui est essentiel pour que l’individu s’épanouisse? Comment laisser dans son existence et la construction de soi une place à cet essentiel ? Mettant en miroir le texte de Virginia Woolf et des récits croisés au cours der encontres et d’ateliers chez l’habitant à Magnanville, Magali Montoya élabore un spectacle comme une quête du bonheur, du sens de nos vies et une ode à la liberté.

Magali Montoya